Et Pourtant, on nous avait prévenus ! (Timisoara)

Sur le quai du Tramway de Murreyfield, le DGA nous indique que l’EPCR l’a prévenu que le climat continental de Timisoara pourrait être la cause de l’annulation du match.

Ce n’est pas grave, on y va.

Sur la route qui me mène à l’aéroport international de Beauvais, j’entends au flash de 6h30 que celui-ci a dû être fermé dans la nuit. Et c’est tout.

Ce n’est pas grave, je continue.

Flash de 7h, les vols reprendront ce matin. Ils interrogent même un voyageur hongrois qui a passé la nuit sur place et qui doit prendre l’avion vers Timisoara. Ma crainte s’éloigne.

8h, j’entre dans la luxueuse aérogare 1 et j’entends que l’on appelle déjà les passagers pour la capitale du Banat Roumain. Les 4 téméraires se regroupent et nous doublons la queue pour attendre la douane. Le douanier qui se dit supporter du SF ne sait même pas qu’il y a un match de prévu à Timisoara (Pfeuuu, n’importe quoi !).

15965175_10211434060152413_2330922681703659903_n

Arrivés à Timisoara International Airport, nous apercevons la navette pour le centre-ville partir 1h15 avant la suivante (Ce n’est pas le RER-BJ ). Nous mangeons donc les sandwiches du bar local et goûtons enfin du jus de fleurs d’anis dissimulé dans un bagage à main et du jus de houblon roumain.

Nous prenons enfin le bus pour le centre-ville puis nos pieds jusqu’à l’hôtel. En chemin sous un léger crachin, nous nous apercevons que Richard Clayderman n’est pas mort et qu’il sera en concert le 6 mars (espérons que ce sera la date du match reporté).

Petite pause, retour à pieds vers le vieux Timisoara (en 3 jours nous ferons 42 km), découverte d’un pub/billard/cocktail/restaurant qui deviendra un lieu de chute puis première visite de la ville après le coucher du soleil. Les décorations de Noël sont toujours là (le calendrier orthodoxe est décalé), la ville la nuit est vraiment jolie avec ses 3 places principales et ses cathédrales.

16295175_10211561469337563_410303005_n

 

 

 

Je vous passe la suite.

Le lendemain, le temps est plus sec mais la température a chuté. Quid du match ? Petit tour de la ville. Les décorations de Noël sont toujours là mais éteintes, la ville le jour est vraiment jolie avec ses 3 places principales et ses cathédrales.

 

 

16237201_10211561469937578_324466895_n

Nous croisons 3 Français de Belgrade dont un qui écrit sur le site du Rugbynistère.

Puis départ vers le stade, à pieds bien-sûr.  Traversée d’un marché local qui ne donne pas envie (vivement Objat, Toulouse Saint Aubin ou Victor-Hugo et Agen) puis nous nous approchons du stade qui nous semble mort.

Nous trouvons une grille ouverte donnant accès à la pelouse. Nous entrons et accédons à la sortie du tunnel en même temps que nos joueurs. Après les salutations et les «mais vous êtes malades !», ils nous indiquent que le terrain est grandement gelé et que malgré le fait que l’arbitre l’ait annoncé correct, ils le trouvent impraticable et dangereux.

Une officielle me demande de signer la feuille de match, je lui précise que nous sommes des supporters. Elle nous indique la sortie et nous montre la tribune qui nous est réservée. Je ne comprends vraiment pas l’anglaisJ. Bien élevés, nous obtempérons et reprenons notre tour du stade. Nous tombons sur le bus du SF et une entrée où est indiqué «Vesteria – Entrata interdita», je ne comprends vraiment pas le roumainJ. Nous entrons sur une petite cour qui donne sur les vestiaires des deux équipes et le tunnel donnant sur la pelouse. Nous empruntons le tunnel en même temps que les joueurs en tenue d’entrainement allant s’échauffer.

16105902_10211444099683395_7184781699959300995_n

 

Les palabres entre l’arbitre, les officiels et les coaches dureront 10 minutes avant que l’on nous annonce que le match est repoussé. Nous rejoignons notre petite cour, en attente de nouvelles.

 

Les joueurs vont s’habiller plus chaudement (à part bien sûr les Fidjiens). Ils viennent nous parler à tour de rôle mais principalement Parrain Ptit Paul et le Capitaine Papé (c’est bon, il m’a dédicacé son livre) et je discute des résultats du RCVannes avec un demi de mêlée.

16326565_10211561471937628_508801278_o

Au bout d’une heure, le report du match est officialisé. Mais vu que les roumains n’ont pas d’autres stades à proposer et que le temps des prochaines 48h est prévu très froid, il est presque officiellement annulé.

Des journalistes arrivent en même temps que l’équipe repart, ils ne trouvent donc qu’un pauvre gars à interviewer, j’accepte si c’est en français. Je me retrouve donc avec 5 micros/téléphones et une caméra braqués sur moi (j’apprendrai plus tard que des gens dans l’autocar se sont moqués L et que le film a été détruit par des jalouxL).

Puis retour vers l’hôtel avec visite d’une nouvelle partie de la ville et de la résidence universitaire. En chemin un local nous indique l’adresse d’un bar où se retrouvent des amateurs de rugby. D’un seul coup, je comprends l’anglaisJ.

En entrant dans le lieu indiqué, nous tombons sur des supporters des Saracens anglais en virée. Après une bière et une prune offerte par le patron, nous nous quittons (réservation prise dans le restaurant cité plus haut L) mais je note l’adresse pour le lendemain. Je vous passe le reste de la soirée.

15994845_10211447057557340_6257221656619458974_o

 

 

 

 

 

 

Le dimanche ressemble au samedi mis à part la visite du stade. Trois jours pour visiter la ville, c’est presque quatre de trop.

16237392_10211561473417665_97154833_n

 

Nous croisons nos amis anglais et les jeunes du Rugbynistère qui nous annoncent qu’ils ont mangé ensemble avec les officiels de l’EPCR. La ville est vraiment petite.

Lundi matin réveil à 4h50 (3h50 en France), le taxi nous emmène à l’aéroport.

C’est la fin de l’expédition et de mon 4ème déplacement en Roumanie (3 victoires à Bucarest et donc une sur tapis vert).

Emmanuel Richard

Janvier 2017

About admin